Conseils environnement maison

Au rythme auquel se dégrade la vie sur Terre, il est indispensable de tout tenter pour juguler ce mal suicidaire. Suicidaire parce que l’homme seul est responsable de ce qui se produit. Aussi, les conseils environnement maison prodigués depuis quelques temps par Nicolas Hulot et l’Adème sont-ils plus que jamais d’actualité.
Quand ils sont interpellés à propos de la protection de la planète, les irresponsables et les ignorants répondent par une antienne : « Ce n’est pas de notre faute… Ce sont les autres qui… » C’est inexact. La protection de la planète commence chez soi, par des actes simples aux effets bénéfiques.
Il est important de savoir que, souvent par ignorance, chaque être humain agresse la vie. Vecteur d’indifférence, l’égocentrisme constitue l’une des premières causes de la dégradation planétaire. En mettant en application les conseils environnement listés ci-dessous, chacun et chacune d’entre nous participe à sa propre sauvegarde.  Ayons cela présent à l’esprit.

Le hobby du lobby

Le lobby pétrolier nous condamne à consommer des énergies fossiles jusqu’à ce que mort s’ensuive. Le lobby pharmaceutique nous fait ingurgiter des remèdes, à long terme plus nocifs que guérisseurs. Le lobby de l’agro-industrie, au prétexte de nourrir la planète, nous empoisonne à petit feu. Le lobby bancaire pèse de tout son poids pour créer un monde où le paradis n’est que fiscal. Le lobby des armes tue des milliers d’Américains sans qu’aucun ne puisse lever le petit doigt. À quand le lobby des alouettes, des perce-neige, des coccinelles ? Du chant des oiseaux, des cachalots, du bruit des ruisseaux ? A quand le lobby des binious et des riens du tout ? De la poésie, du minuscule, du sans-souci et du merci ?

Garzuel – Lassigny (extrait du courrier des lecteurs de Télérama n°3440 du 16/12/2015)

Conseils environnement maison

Je profite de la lumière du jour

Un éclairage gratuit  La lumière naturelle est à consommer sans modération: la proximité d’une fenêtre est idéale pour installer le coin à vivre, un fauteuil ou un bureau. Attention aux ombres portées sur le plan de travail,  le bureau doit être placé perpendiculairement à la fenêtre. Le mieux est l’éclairage naturel par le plafond (vasistas),  il est uniforme et encore plus efficace. De même, plus les murs de la pièce sont clairs, plus ils réfléchissent la lumière: un moyen simple  d’y voir clair.

La lumière naturelle est à consommer sans modération !

Je choisis mon éclairage

La solution  Les lampes basse consommation (LBC) D’une durée de vie jusqu’à 10 fois supérieure aux ampoules à incandescence, les LBC ou “fluo compactes” consomment 5 fois moins d’électricité. Les LBC sont placées de préférence là où elles restent longtemps allumées : coin lecture, coin repas, cuisine…

Une puissance adaptée aux besoins  Un éclairage maîtrisé, c’est autant d’électricité économisée: il vaut mieux réserver les LBC 15/20 W pour le coin lecture par exemple. Les LBC 9 W suffiront près du téléviseur ou de l’ordinateur.

Proscrire les lampes halogènes  Très gourmandes (300/500 W) et rarement nécessaires, les lampes halogènes consomment autant d’électricité qu’une vingtaine de LBC de 15 W.

Les équivalences :

  • Ampoule classique : 40 W – 60 W – 75 W – 100 W
  • LBC : 9 W – 11 W – 15 W – 20 W

J’éteins la lumière

Acquérir un bon réflexe  Pourquoi laisser allumée une pièce vide ? Voilà encore un gaspillage d’énergie qui peut être évité facilement. N’oublions pas que 3 ampoules de 75 W qui restent allumées une soirée consomment autant qu’une lessive à 60°C.

Je coupe la veille des appareils électriques

Une dépense inutile  Chaîne hi-fi, magnétoscope, lecteur DVD, téléviseur, ordinateur, antenne parabolique… les appareils électriques restent souvent branchés 24 h sur 24. Les veilles consomment 150 à 500 kWh par ménage et par an, soit la consommation d’un réfrigérateur sur la même période !

ASTUCE  Couper toutes les veilles est facile : il suffit de brancher les appareils concernés sur une multiprise à interrupteur.

Je limite la température

Une habitude saine  19°C suffisent amplement dans le séjour. Un degré de moins, c’est peut-être un pull en plus, mais cela représente 7 % de consommation en moins.

Je baisse le chauffage en cas d’absence

Une question de bon sens  Baisser le chauffage lorsque l’on sort quelques heures doit devenir une évidence. Si c’est pour plusieurs jours, il faut prendre soin de le mettre hors-gel (8°C en général).

J’utilise des thermostats d’ambiance

123gifs015Un équipement adapté  Le thermostat d’ambiance, installé dans une pièce à vivre (séjour, salle à manger), permet de maintenir un logement à température constante. Le plus performant est sans aucun doute le thermostat d’ambiance programmable ou thermostat à horloge : il permet de programmer une baisse de température du chauffage quand les besoins sont moins importants (la nuit ou en cas d’absence).

Une chaleur gratuite  Les robinets thermostatiques sont un bon complément. Dans le cas d’une installation comportant des radiateurs à eau chaude, ils tiennent compte des apports de chaleur “gratuits” (ensoleillement, appareil de cuisson…). Ils doivent être placés dans une autre pièce que le thermostat d’ambiance.

Une fiscalité avantageuse  Depuis le 1er janvier 2005, un crédit d’impôt de 25 % (ou la somme correspondante en cas d’exonération) est alloué aux personnes faisant l’acquisition d’un appareil visant à réguler le chauffage.

La programmation permet de faire des économies de 10 à 20 %, même si vous avez déjà un thermostat d’ambiance.

Je maîtrise mon chauffage d’appoint

Prendre en compte la sécurité  Comme son nom l’indique, un chauffage d’appoint au fuel ou au gaz doit être utilisé de façon intermittente, et jamais la nuit. Le danger provient des appareils mal entretenus, qui dégagent des produits de combustion toxiques pour l’organisme. L’un d’eux, le monoxyde de carbone, inodore, provoque l’asphyxie par inhalation.

Avant toute mise en route d’un appareil, vérifier son état (nettoyage, ramonage) et les aérations de la pièce.

J’aère régulièrement

123gifs019Retrouver un air pur  Nos activités multiples dégagent des excédents d’humidité ou des polluants à l’intérieur de notre logement: respirer, faire la cuisine, subir des émanations diverses (colle, vernis, peinture, aggloméré et autres matériaux, parfums d’intérieur, allergènes…), autant de risques inutiles pour la santé. Sans parler du tabac, qui est la première cause de pollution dans la maison. La meilleure façon de rétablir à l’intérieur la qualité de l’air, c’est d’aérer toutes les pièces, même en hiver : 10 minutes suffisent.

La ventilation mécanique contrôlée  Bien connue par son abréviation, la VMC est l’équipement idéal pour ventiler un logement, sous réserve qu’elle soit régulièrement et correctement entretenue.

Je me préserve des grosses chaleurs

Faire de l’ombre  Dans tous les cas, le plus efficace est l’installation de protections solaires (volets, persiennes, stores, pare-soleil, films solaires collés sur les vitrages…). Si vous avez un jardin, pensez à planter des végétaux à feuilles caduques, qui vous protègeront des rayons du soleil en été et laisseront passer la lumière et la chaleur en hiver.

Tous les moyens sont bons  Pour rafraîchir l’air ambiant, le plus simple est de ventiler les pièces et de maintenir fermés portes, volets et fenêtres pendant la journée. En cas de canicule, pensez à utiliser l’eau comme rafraîchissant naturel. Les ventilateurs peuvent être une solution d’appoint intéressante.

Se passer de climatisation, c’est éviter l’émission de gaz à effet de serre et l’augmentation conséquente de sa facture
d’électricité.

Conseils environnement côté cuisine

J’évite le jetable

Une solution avantageuse  L’éponge, la serpillière et le torchon peuvent être utilisés plusieurs fois, à l’inverse du papier essuie-tout et des lingettes à usage unique. Même si elles permettent d’économiser de l’eau et de réduire la pollution des eaux, les lingettes de nettoyage ménager génèrent 3 à 6 fois plus de déchets que les produits traditionnels tout en contribuant à la pollution de l’air.

Préférer les lingettes coûte de 10 à 20 fois plus cher que le balai et la serpillière.

Je trie mes déchets

Bien trier pour bien recycler  Le tri des déchets est un acte volontaire indispensable pour l’environnement et c’est dans la cuisine qu’il commence. Chacun d’entre nous doit suivre les consignes de tri de sa commune pour ne pas perturber le recyclage.

Les déchets organiques  Ils sont réservés au compost.

Les briques alimentaires  Également recyclables, elles sont utilisées, par exemple, dans la fabrication de cartons et de meubles.
1 tonne de papier fabriquée pour les briques alimentaires = 2 tonnes de bois utilisées.

Le verre  Recyclable à 100 % et à l’infini, son traitement diminue de 12 % le poids des déchets ménagers à éliminer.

Sont recyclables : les bouteilles, les pots et bocaux.

Ne sont pas recyclables : la vaisselle en terre cuite ou en porcelaine, les miroirs, les vitres et les ampoules électriques.
1 tonne de verre recyclée = 660 kg de sable + 100 kg de fuel.

Les plastiques  Souvent recyclables, leur traitement permet de les faire renaître sous différentes formes : pull en laine polaire (environ 27 bouteilles plastique), fibre polyester pour rembourrer couettes ou anoraks, textiles d’isolation pour les bâtiments, tuyaux d’assainissement, gaines pour le passage des câbles, bouteilles, barquettes….

Sont recyclables : les bouteilles d’eau, de soda, de lait, de soupe, les flacons de lessive, les boîtes de chocolat en poudre ou de farine, les produits d’entretien ou de toilette….

Ne sont pas recyclables : les films plastique et les petits pots (yaourts, crèmes…) car ils sont souillés.

1 tonne de plastique recyclée = entre 600 et 800 kg de pétrole brut économisés.

Les papiers et cartons  Leur traitement permet de fabriquer du papier recyclé, sans être obligé de couper des arbres.

Sont recyclables : les journaux, magazines et prospectus, les cartons.

Ne sont pas recyclables : les produits avec de la colle (enveloppes ou livres), les papiers plastifiés, le papier carbone, les couches-culottes, les mouchoirs…

1 tonne de vieux papiers = 600 kg de papier ou 900 kg de carton, tout en consommant jusqu’à 4 fois moins d’énergie.
Les métaux Généralement recyclables, on les retrouve dans la vie courante.

Sont recyclables : les boîtes de conserve, les canettes et barquettes en aluminium, les bombes aérosols, les bidons et boîtes métalliques.

Ne sont pas recyclables : les boîtes et barquettes non vidées.

1 vélo = 670 canettes valorisées  1 voiture = 19 000 boîtes de conserve traitées.

Je bois l’eau du robinet

CalvinBoissonChanger les idées reçues  L’eau du robinet est parfaitement potable, sauf avis contraire de la Direction Départementale de l’Action Sanitaire et Sociale. En France, la consommation d’eau en bouteille a été multipliée par 2 en 20 ans, ce qui représente des milliers de kilomètres parcourus, des tonnes de carburant consommé et de CO2 émis avant d’arriver sur notre table. Sans compter les milliards de bouteilles plastiques qui en résultent. Seules 4 bouteilles sur 10 sont recyclées : pensez à les trier !

Améliorer le goût  Pour retirer le goût de chlore, on peut fixer un filtre sur le robinet (s’assurer qu’il ne supprime pas aussi les sels minéraux comme le calcaire, indispensable à la santé). Plus simplement, le problème peut aussi être résolu en versant l’eau dans une carafe, le chlore s’évaporant au contact de l’air.

En France, 1 % seulement de l’eau du robinet est destiné à la boisson alors qu’environ 140 litres d’eau en bouteille sont consommés par an et par habitant. L’eau minérale coûte au minimum 50 fois plus cher que l’eau du robinet.

J’économise l’eau

Un peu de méthode  Faire la vaisselle à la main ne doit pas être synonyme de gaspillage : aller du moins sale vers le plus sale, économiser l’eau (fermer le robinet pendant le lavage) et utiliser juste ce qu’il faut de nettoyant, telle est la bonne méthode.

Les bienfaits du lave-vaisselle  Faire sa vaisselle à la machine peut être plus économique en eau et en électricité si le lave-vaisselle est peu gourmand en énergie et utilisé de façon optimale. Bien sûr, il ne faut pas rincer la vaisselle avant de la mettre dans l’appareil, car cela consomme de l’eau inutilement. Pour les poudres de lavage, choisir de préférence celles qui ont des écolabels, car nombreuses sont celles qui contiennent encore des phosphates.

Le “bon” lave-vaisselle :

  1. appartient à la classe énergétique A
  2. tourne à pleine charge et en programme “éco”
  3. évite le pré-rinçage, si la vaisselle n’est pas très sale

Je veille à l’entretien de mon réfrigérateur

Prendre garde à la chaleur  Les instruments de cuisson (four, cuisinière…) sont des équipements qui doivent être placés à l’écart du réfrigérateur. De même, celui-ci ne doit pas accueillir des aliments chauds qui lui demandent un effort supplémentaire en énergie.

Contrôler la température  La conservation des aliments nécessite une température comprise entre1°C(étages du haut), et 5°C (étages du bas). Dans un congélateur, elle doit être de – 18°C. En plaçant un thermomètre dans le bac à légumes du réfrigérateur (température la plus élevée), il est facile de réguler la dépense d’électricité.

Dégivrer tous les 6 mois  Un peu de givre aide le réfrigérateur et le congélateur à faire du froid. En revanche, tous les 6 mois, il est impératif de dégivrer vos appareils pour qu’ils consomment moins.

Nettoyer la grille une fois par an  La grille située à l’arrière du réfrigérateur est chargée d’expulser la chaleur extraite de l’appareil. Elle doit être vérifiée et nettoyée chaque année.

Vérifier l’étanchéité des portes  L’apparition rapide du givre, c’est souvent des joints fatigués. Pour le vérifier, il suffit de fermer la porte du réfrigérateur sur une feuille de papier : si on la retire facilement, les joints sont à changer.

Hausse de consommation d’électricité : +5 % à chaque degré supplémentaire et +30 % au delà de 3 mm de givre.

Je débouche sans danger

Faire de la prévention  Un évier ou un lavabo bouché fait partie des petits tracas du quotidien. Pour en limiter la fréquence, il faut penser à vider le contenu des assiettes et des plats dans la poubelle avant de faire la vaisselle. On peut aussi équiper son évier d’une crépine : placée sur l’orifice, elle retient les déchets avant qu’ils ne tombent dans la canalisation.

Mettre la main à la pâte  En cas d’obstruction, l’eau bouillante, la ventouse, la spirale métallique ou la pompe à vide sont des moyens recommandés, contrairement aux produits chimiques polluants. Avec un peu d’entraînement, il est facile de démonter le siphon pour le nettoyer. Si l’usage d’un déboucheur liquide est nécessaire, éviter le surdosage et choisir de préférence un produit totalement biodégradable et non toxique.

En France, seuls 49 % des eaux usées sont dépolluées, avec un objectif fin 2005 de 65 %. 75 % des pollutions marines proviennent des eaux continentales.

J’optimise la cuisson

CalvinMalBouffeLe bon achat  Une casserole à fond plat, avec un diamètre adapté aux plaques, exploite au maximum les capacités de votre cuisinière. De même, l’usage d’un couvercle réduit de façon significative l’énergie consommée.

Profiter de l’inertie  Les plaques de cuisson électriques continuent de chauffer durant 15 minutes après extinction (sauf les plaques à induction) : cette chaleur, entièrement gratuite, mérite d’être utilisée lors d’une cuisson longue.

Maintenir 1,5 litre d’eau en ébullition dans une casserole demande 4 fois moins d’énergie avec un couvercle.

Je réchauffe au micro-ondes

À utiliser avec modération  Les aliments peuvent se décongeler à l’intérieur du réfrigérateur, sans l’aide du micro-ondes : c’est moins rapide mais cela ne consomme aucune énergie. La cuisson des plats au micro-ondes, et surtout ceux contenant beaucoup d’eau, comme les légumes, est à éviter. Le micro-ondes est idéal pour réchauffer les aliments.

Un four à micro-ondes consomme moins d’énergie pour réchauffer un plat qu’un four traditionnel.

Je cuis au four traditionnel

Chasser les courants d’air  Ouvrir la porte d’un four pendant qu’il fonctionne gaspille beaucoup de chaleur : pour évaluer la cuisson de votre préparation, il vaut mieux se servir de l’éclairage de contrôle.

Profiter de la chaleur  Dans le cas d’un four à pyrolyse, le nettoyage doit être programmé dans la foulée d’une cuisson, pour bénéficier de la chaleur accumulée.

x_canim3

Conseils environnement. Dessins COP21

  Dessins réalisés dans le contexte de la Cop21, diffusés par Greenpeace © Tena – Jiho – Aurel | Cartooning for Peace

error: Désolé ! Ce contenu est protégé