Espinouse en montagne du Haut Languedoc

Deuxième massif à dominante sauvage en montagne du Haut Languedoc : l’Espinouse. Un aspect et une atmosphère sauvages apparemment attenués par une ruralité d’élevage. Côtés Est et Sud, l’Espinouse affirme un caractère indompté alors que, côté Ouest et Nord, villages et pâtures laisseraient penser que le massif est pour partie assagi. En fait, il ne faut pas s’y fier. À l’Ouest et au Nord, l’Espinouse n’est pas plus sage qu’ailleurs. Il y fait semblant, poussant mine de rien ses escarpements, ses forêts et ses landes vers l’Est et le Sud afin de mieux duper l’homme. Comme d’habitude trop sûr de lui, celui-ci a implanté quelques villages dans un Ouest tout en rondeurs vallonnées. Cambon-et-Salvergues, notamment. Ce sont les hivers qui lui rappelent chaque année combien vivre en Espinouse demande de constance et d’énergie.

En Espinouse, l’Ouest est sous influence continentale, l’Est vit sous influence méditerranéenne. Une fracture climatique qui explique (presque) tout et que la montagne du Haut Languedoc exacerbe en suscitant, aujourd’hui, un étonnement heureux chez ses visiteurs. Un tourisme familial et discret récompense la persévérance des rares habitants encore en Espinouse. Les randonneurs y trouvent bon accueil et s’y coltinent de vrais itinéraires montagnards.

En Espinouse, sur la D 180

 Montagne d’Aret et vallée du Vialais



Caïssenols-le-Bas et le portail de Roquandouire

Horizons et personnalité de l’Espinouse

 Espinouse, frontière climatique et sauvage

À l’Ouest, le massif de l’Espinouse débute au col de Fontfroide, point marquant d’une limite entre les forêts domaniales du Somail (zone de La Salvetat-sur-Agoût et de Fraïsse-sur-Agoût) et de l’Espinouse. Principal village : Cambon-et-Salvergues, entouré de quelques hameaux. Au Nord, la forêt domaniale de Salesse assure une transition avec le plateau des lacs. La route D 922 reliant Murat-sur-Vèbre à St Gervais-sur-Mare marque cette autre limite.

En bordure de la petite et sinueuse D 180, le sommet de l’Espinouse (1124 m) situe grosso-modo le cœur du massif. Le lieu est important, qui marque une véritable fracture entre ses parties Ouest et Est : frontière climatique continental-méditerranéen, ligne de partage des eaux entre versant atlantique et versant méditerranéen. La rivière Agoût, affluent du Tarn, prend sa source à quelques centaines de mètres (direction Sud-Ouest) en contrebas du point culminant.

La plus vaste partie du massif de l’Espinouse descend de façon sauvage vers la vallée du Jaur qui constitue sa frontière Sud. Le massif dévoile principalement ses aspects escarpés et déserts sur un large flanc Sud entre Somail et Caroux (entre le col de Fontfroide et St Gervais-sur-Mare). Il englobe la réserve nationale de chasse et de faune sauvage de Caroux-Espinouse qui intègre elle-même la vallée du Vialais. Principal village : Andabre. L’autre massif, celui du Caroux avec les gorges d’Héric et de Colombières, est une enclave.

En termes d’habitat, quelques villages sont enchâssés dans la fracture remontant du Jaur vers Fontfroide (St Vincent-d’Olargues, Mauroul, Coustorgues et les hameaux attenants) puis dans celle, très au Sud-Est, joignant l’Orb au col des Princes (Le Vernet, Combes). Héric, Douch, Madale et Rosis sont indiqués en Caroux.


error: Désolé ! Ce contenu est protégé